Dieu et les champignons 

En ce temps de carême, cherchons Dieu comme on cherche…

des champignons !                

Trouver Dieu, pardonnez-moi, c’est un peu comme trouver des champignons…

Pour trouver des champignons, il faut d’abord les chercher. Celui qui ne cherche pas Dieu ne le trouvera jamais. Dans certains cas cependant, le hasard, si hasard il y a, fait bien les choses.  Mais ceci est exceptionnel. C’est vrai pour les champignons, c’est vrai pour Dieu.

Pour que la récolte soit bonne, il faut  d’abord se lever tôt. Il faut marcher. La cueillette demande un véritable effort. On ne trouve pas Dieu dans la richesse, la mollesse et les plaisirs.

Pour trouver des champignons, il faut y croire. Il faut en avoir envie, il faut se mettre dans les conditions voulues pour que l’opération réussisse. Pour trouver Dieu, c’est pareil !

Beaucoup de gens vous diront : « Cette année on n’en trouve  pas beaucoup … et puis nous n’avons pas eu le temps. »  Comme d’autres diront « Chercher Dieu mais pourquoi faire ? ça ne rapporte rien ! Et puis, on verra cela plus tard ! »

La comparaison la plus frappante entre Dieu et les champignons (pardon, je vous choque) est certainement la découverte. Au début on en trouve peu, mais par habitude on continue de chercher. Dieu on y croit un peu, mais ça ne nous accroche pas tellement. Et puis d’un seul coup, au moment où on s’y attend le moins, il y en a partout, c’est tout jaune, le ramasseur n’en croit pas ses yeux.

Idem avec Dieu ! Dieu est là. Il s’adresse à vous par les évènements et les hommes, vous sentez vraiment sa présence et c’est alors qu’on se trouve vraiment petit …

Je pousserai encore plus loin ma comparaison … Lorsque  vous prenez le chemin du retour avec un sac bien garni mais avec beaucoup de lassitude, de nouveaux champignons se présentent devant vous. Vous ne pouvez pas les laisser. Cette fois ce n’est pas vous qui les cherchez, mais ce sont  eux qui se mettent au travers de votre chemin. Pour Dieu, c’est pareil : au moment où vous ne pensez plus à lui, c’est Lui qui vient à vous.

Remercions Dieu pour sa présence. Et aussi de ses champignons !

Bonne cueillette

Bon carême !

Les Russes et les Ukrainiens prient en slavon, leur langue liturgique. Je vous propose de reprendre avec eux Gospodi pomiluj (Seigneur aie compassion !). 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s