Bienvenue sur le site de la Maison de la Parole de Bourges

Mis en avant

Vous y trouverez des propositions pour prier

Le lundi , des propositions pour prier à partir d’éléments de notre vie: oeuvre d’art, photo, temps liturgique, événement, extrait de la Parole, extrait musical, la nature …

Le jeudi, autour du psaume du jour.

Et aussi un espace de prière partagée, où chacun peut déposer une intention de prière. N’hésitez pas à le faire vivre ! Créons une communauté de priants.

Hors vacances scolaires: MAISON DE LA PAROLE à Bourges: au 26 rue Porte Jaune

A 12h15, le jeudi (hors vacances scolaires) pause-prière du milieu de la journée à la chapelle, possibilité de repas avec votre pique-nique apporté, accueil-écoute possible jusqu’à 16h00.

Prier avec les fruits d’automne

Au début de ce temps de prière, je me mets en présence du Seigneur en faisant le signe de croix.

Je me dispose à l’écouter et lui demande la grâce  d’être témoin de son amour.

Je regarde ces fruits d’automne.

J’observe leurs  couleurs vives ; leurs formes diverses ;  je les nomme; je me remémore leur saveur…

Je vois la diversité et la profusion de ces fruits qui, gorgés d’eau et de soleil, sont arrivés à maturité ; j’imagine les différents arbres qui les ont portés, leurs branches ployant sous les fruits… le temps de la cueillette…

Je laisse monter mon action de grâces pour tous ces fruits, toutes ces bonnes choses qu’offre la nature.

Je me souviens de paroles de Jésus parlant de fruits

L’évangile est plein d’images de la nature ; Jésus prend appui sur elles pour faire comprendre quelque chose de la vie spirituelle. Il parle de semences et de moissons, de vigne, de figuier …

« Je suis la vigne, vous êtes les sarments : celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là portera du fruit en abondance car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. » Jn 15, 5

Afin de porter du fruit, est-ce que je ressens le besoin de rester ‘branché’ sur le Christ ? Quels  moyens que je prends pour cela ?

« Supposez qu’un arbre soit bon, son fruit sera bon ; supposez-le malade, son fruit sera malade : c’est au fruit que l’on reconnait l’arbre. » (Mt 12, 33).

Le fruit est un repère. Qu’est-ce qui, autour de moi, procure paix, joie,  davantage de vie ?  Quels  gestes, actions, paroles  porteurs de solidarité, de fraternité, de réconciliation me reviennent en mémoire ?

« Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint y chercher du fruit et n’en trouva pas. Il dit alors au vigneron : ‘voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier et je n’en trouve pas. Coupe-le. Pourquoi  faut-il encore qu’il épuise la terre ?’ Mais l’autre lui répond : «’Maître, laisse le encore cette année, le temps que je bêche tout autour et que je mette du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas’. » Lc 13,6-9

A ses disciples, Jésus  dit l’urgence de la conversion. Qu’est-ce qui en moi est à convertir  pour que là où je suis-je puisse porter davantage de fruits ?

Je parle au Seigneur de ce que j’ai découvert à travers cette méditation et lui adresse ma prière.

Je termine ce temps en écoutant le chant de Didier Rimaud : « la gloire de Dieu notre père »

Enfin en ce mois  d’octobre dédié à la mission, je prie pour que l’Eglise porte du fruit et je m’associe à la prière du pape  François :

« Prions pour que l’Eglise, fidèle à l’Evangile et courageuse dans son annonce, soit un lieu de solidarité, de fraternité et d’accueil.

Qu’elle vive de plus en plus la synodalité. »

Psaume 137

Arcabas
Refrain ; Je te chante, Seigneur, en présence des anges .

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne. ]

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force. ]
Tous les rois de la terre te rendent grâce
quand ils entendent les paroles de ta bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
« Qu’elle est grande, la gloire du Seigneur ! »

Aujourd’hui, nous fêtons les Saints archanges Michel, Gabriel et Raphaël.

J’entre dans la prière en faisant le signe de la croix

Je me mets en présence du Seigneur et je lui demande son aide : que tout mon être se tourne vers lui pour m’associer à la louange des archanges et de toute la création.

 Je lis lentement le psaume, en laissant raisonner en moi les paroles qui me touchent plus particulièrement.

Le psaume 137 est une invitation à la louange. Il exalte la grandeur de Dieu. Je peux repérer les expressions d’hommage envers le Seigneur et les faire miennes pour cette journée.

 «  Je te chante, Seigneur, en présence des anges. » ( V3)

Les Saints archanges que nous fêtons aujourd’hui sont des envoyés de Dieu auprès des Hommes.

Je fais mémoire des messagers de la Bonne Nouvelle que le Seigneur a placé sur mon chemin et je rends grâce pour ces rencontres qui ont marqué, enrichi ou éclairé ma vie spirituelle.

 « Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité » (V5)

Dieu est présent dans ma vie et me comble de grâces mais j’ai parfois du mal à le reconnaître. J’ouvre mon cœur aux dons reçus de lui chaque jour en étant conscient de son action en moi. Je le loue pour tous ses bienfaits et lui exprime ma gratitude.

Je termine en laissant monter la prière qui me vient et en parlant au Seigneur comme à un ami.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était, et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen

Vous avez dit sobriété ?

Sobriété, maître mot de cette rentrée après une crise de l’énergie provoquée par la guerre en Ukraine et un été marqué par des épisodes climatiques hors normes ! La sobriété consiste à nous questionner sur nos besoins et à les satisfaire en limitant leurs impacts sur l’environnement. 

Bien avant cela, le pape François,  dans son encyclique « Laudato Si » parlait de « Sobriété heureuse »

Après la journée spéciale sur la sobriété du 21 septembre 2022, prenons le temps de relire ce que nous dit le Pape au n°223

« La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n’est pas moins de vie, ce n’est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire ; car en réalité ceux qui jouissent plus et vivent mieux chaque moment , sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce qu’ils n’ont pas, et qui font l’expérience de ce qu’est valoriser chaque personne et chaque chose, en apprenant à entrer en contact et en sachant jouir des choses les plus simples.

Ils ont ainsi moins de besoins insatisfaits et sont moins fatigués et moins tourmentés. On peut vivre intensément avec peu, surtout quand on est capable d’apprécier d’autres plaisirs et qu’on trouve satisfaction 

dans les rencontres fraternelles,
dans le service,
dans le déploiement de ses charismes,
dans la musique et dans l’art,
dans le contact avec la nature,
dans la prière »

Au n°225 il insiste en disant : « Par ailleurs, aucune personne ne peut mûrir dans une sobriété heureuse, sans être en paix avec elle-même »

« Pour créer son œuvre, le sculpteur n’ajoute rien à la matière, au contraire, il lui retire ce qui est en trop pour révéler ce qui était déjà là, faire jaillir le fond en brisant l’apparence de la forme brute. De même, nous sommes invités à nous simplifier pour qu’apparaisse ce qui est déjà en nous, pour aider notre être intérieur à refaire surface. » (la fonction de la sobriété selon Jean-Guilhem Xerri dans « Prenez soin de votre âme »)

Vivre mieux avec moins : est-ce bien réaliste ? Vivre mieux, est-ce vivre avec l’essentiel ? et quel est-alors, notre essentiel ? goûtons une vie plus simple !

Qu’est-ce que j’ai besoin de convertir encore en moi pour vivre cette sobriété heureuse ?

Est ce qu’il y a des choses qui me paraissent « en trop » dans notre vie ? Qu’est-ce que je pourrais faire
désormais concrètement pour répondre à cet appel du Seigneur à vivre plus simplement ?
Y a-t-il un moment tout simple de ma vie qui me rend heureux ?

Dieu nous associe à sa Création ; comment est-ce que je réponds?

Je demande au Seigneur de continuer à m’accompagner dans ce chemin de
conversion . Avec cette prière de saint Ignace, je m’abandonne à son amour :

“Prends Seigneur et reçois
toute ma liberté,
ma mémoire, mon intelligence
toute ma volonté.
Reçois tout ce que j’ai,
tout ce que je possède.
C’est toi qui m’as tout donné
à toi, Seigneur, je le rends.
Tout est à toi, disposes-en
selon ton entière volonté
et donne-moi ta grâce,
elle seule me suffit.”
Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Psaume 89

R/ D’âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge ! (Ps 89, 1)

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.
Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

Je fais silence en moi pour entendre ce psaume du jour. C’est une prière que le psalmiste adresse à Dieu dans la confiance. Je la reçois, pour à mon tour faire monter ma prière vers le Seigneur.

Je lis lentement  l’ensemble  du psaume. Quel  verset, quel mot attirent davantage mon attention ?

Je le médite en reprenant certains versets :

« D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge » v 1

Je prends conscience de tous les croyants qui m’ont précédé et qui ont prié avec  ce psaume : les hommes et les femmes de l’Ancien Testament, Jésus, puis tous ceux qui depuis 2000 ans ont transmis la foi jusqu’à ce jour.

Je m’inscris dans cette lignée et à mon tour je fais confiance à ce Dieu fidèle,  en qui nous pouvons trouver refuge.

« Apprends-nous la vraie mesure de nos jours » v 12

Les versets suivants disent le décalage entre la grandeur du Dieu créateur, à l’origine de toutes choses et la petitesse de l’homme, créature éphémère. Je considère cette réalité : la temporalité et la faiblesse de notre existence.

Je me tiens en juste place devant Dieu qui est de toujours à toujours.

« Consolide l’ouvrage de nos mains » v 17

Dans une 2ème partie, le psalmiste, conscient que sans Dieu il n’est rien, prie le Seigneur. Je relève ce qu’il demande : « reviens » – « rassasie-nous de ton amour » – « rends-nous en joies »- « fais connaître ton oeuvre » – « que vienne la douceur du Seigneur »

Il s’agit de recevoir de Dieu, son amour, sa douceur, sa tendresse et d’entrer dans la joie et la louange. Car l’amour du Seigneur est de toujours à toujours. Alors l’ouvrage de nos mains, si fragile, trouvera, grâce à la présence du Seigneur à nos côtés, valeur d’éternité.

A mon tour, je m‘adresse au Seigneur ; je lui parle de mon ouvrage, de ce qui fait ma vie. Je lui demande son aide pour que ce que j’entreprends porte du fruit.

Je termine ma prière en écoutant le psaume chanté.

L’acte créateur

Je me mets à l’écart pour un temps de méditation. Je m’installe en cherchant le lieu, puis la posture qui me convient, pour me sentir libre et disponible. Je prends le temps de faire le calme en moi, en étant attentif à ma respiration. J’inspire et j’expire plusieurs fois, sans forcer, m’efforçant de déposer toutes les préoccupations qui m’encombrent. Je trace sur moi le signe de croix.

Je demande la grâce d’être l’artisan de ma propre vie, avec le secours du Seigneur.

Je contemple ces deux œuvres de deux céramistes contemporains.

1.Corinne Gueho – « Mur mur » – Galerie Capazza, Nançay 2022 – Exposition Terra Incognita

2.Joan Serra « Argile, manganèse et lustre d’or » – Galerie Capazza, Nançay 2022 – Exposition Terra Incognita

Corinne Gueho travaille deux sortes de terre, noire et blanche, auxquelles elles donnent des formes géométriques, devenues lisses par un long travail de polissage. Horizontalité massive des deux socles noirs. Verticalité de deux maisons qui dressent la pointe de leur toiture. Celle de gauche, d’une blancheur immaculée. Celle de droite, où le blanc s’efforce de gagner sur le noir, encore présent.

Joan Serra associe la terre au métal. Un bloc de terre noire, encore brut, irrégulier, grumeleux, d’où semble sortir une surface encore en gestation, où les plis semblent encore lutter au travail qui s’efforce d’aplanir, d’égaliser…Baudelaire peut venir à l’esprit lorsqu’il évoque le travail du poète créateur : « tu m’as donné ta boue, et j’en ai fait de l’or. »

Je médite maintenant sur l’acte créateur, sur le geste du potier, geste inaugural posé par Dieu lui-même. « Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Genèse, 2, 7)

Je médite ensuite sur mes propres gestes créateurs que j’accomplis pour façonner mon chemin de vie, chacun étant appelé par le Seigneur à être co-créateur :

Comment est-ce que je m’efforce de rendre ma vie « habitable », à l’image des maisons solidement fondées de Corinne Gueho…Que puis-je dire de la solidité du socle sur lequel je construis ? « Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. » (Matthieu, 7, 24). Quelles sont mes fragilités ? Quels obstacles est-ce que je rencontre ? Quelles résistances peuvent exister en moi ?

Comment est-ce que je m’efforce de polir les aspérités de ma propre vie, pour progresser vers une vie plus harmonieuse, plus lumineuse, à l’image de la surface dorée émergeant du chaos, dans l’œuvre de Joan Serra ? Je peux voir, dans cette création, la naissance d’un livre doré et lumineux, comme le livre que je cherche à écrire de ma propre vie.

Prenant conscience de mon labeur, de mes combats, mais aussi des éclats de lumière reçus, j’écoute Paul : « La Création tout entière gémit maintenant encore dans les douleurs de l’enfantement. » (Romains, 8)

Je me tourne vers le Seigneur, dans une conversation intime et confiante, pour lui présenter mes difficultés et mes réussites. Je lui demande son aide. « Seigneur, viens à mon secours. »

Je termine en disant le psaume 4

Quand je crie, réponds-moi, Dieu, ma justice ! Toi qui me libères dans la détresse, pitié pour moi, écoute ma prière !
 Fils des hommes, jusqu'où irez-vous dans l'insulte à ma gloire, * l'amour du néant et la course au mensonge ?
Sachez que le Seigneur a mis à part son fidèle, le Seigneur entend quand je crie vers lui.
Mais vous, tremblez, ne péchez pas ; réfléchissez dans le secret, faites silence.
 Offrez les offrandes justes et faites confiance au Seigneur.
 Beaucoup demandent : « Qui nous fera voir le bonheur ? » Sur nous, Seigneur, que s'illumine ton visage !
Tu mets dans mon cœur plus de joie que toutes leurs vendanges et leurs moissons.
 Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors, car tu me donnes d'habiter, Seigneur, seul, dans la confiance.

Psaume 117

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur.

Tu es mon Dieu, je te rends grâce,
mon Dieu, je t’exalte !
Je te rends grâce car tu m’as exaucé :
tu es pour moi le salut.

Je me dispose à la prière, en me mettant à l’écart.

         Je lis le psaume, à haute voix.

         J’accueille ce psaume d’action de grâce, empli d’Espérance et d’énergie.

Je suis sensible au fait que le psaume commence par un pluriel (Rendez grâce), une référence à la collectivité du peuple (que le dise Israël), avant que le psalmiste ne passe à la première personne : « je ne mourrai pas, je vivrai » / « je te rends grâce » …

A mon tour, comme le psalmiste, je fais mémoire des expressions que j’ai reçues de l’Église pour qualifier Dieu (Dieu d’amour, Dieu puissant…) et je m’efforce de percevoir, dans mon expérience, la façon dont ces expressions prennent sens, dans une relation concrète au Seigneur.

De quoi, à mon tour, puis-je rendre grâce, aujourd’hui ?

         Je relis le psaume, lentement, prenant la place du psalmiste…

         Je peux aussi l’écouter chanter.

Je termine par le Notre Père…

Dans mon quotidien

Je me dispose à prier le Seigneur en contemplant ce tableau d’Arcabas. Je fais silence en moi et  lui demande son Esprit Saint.

Arcabas (1926- 2018) – Atelier de Joseph

Dans un premier temps je contemple l’œuvre

Je regarde au centre l’enfant vêtu de bleu, pieds nus et le regard grave tourné vers moi ; sa tête est auréolée d’or ; il se tient bien droit et porte dans ses mains une planche, qui semble trop grande pour lui, et des tenailles.

Il se fraie un passage entre deux éléments verticaux qui le dépassent ; d’un côté un homme debout, de la couleur de la terre,  et de l’autre un établi de couleur sombre ; tous deux sont bien plantés dans le sol et forment un arc au-dessus de l’enfant. Je regarde cet homme massif, solide, simplement ébauché ;  ses bras, à l’horizontale,  éclairés d’or,  actionnent une scie au-dessus de l’enfant,  donnant l’impression d’un geste protecteur.

Je me laisse toucher par ce que je vois. Que me dit cette représentation, de Jésus, de son enfance, de sa vie cachée à Nazareth ?

Avec cet enfant  qui partage le quotidien de son père, Joseph le charpentier, je peux méditer le mystère de l’Incarnation. Cet enfant, venu partager le quotidien d’un artisan de Galilée est  aussi  le Fils de Dieu, Christ, mort sur la croix et ressuscité. 

J’en parle au Seigneur.

Dans un deuxième temps, je peux méditer sur la présence du Christ dans notre quotidien aujourd’hui.

En cette période de septembre, marquée par de nombreuses rentrées, je peux faire mémoire des réalités de la vie ordinaire : l’école et tous les apprentissages, le travail, les activités qui reprennent ; les tâches quotidiennes souvent répétitives…

Jésus, en son temps les a partagées pendant 30 années. Cela n’auréole-t-il pas ce quotidien d’une valeur inestimable ?

Je peux rendre grâce au Seigneur pour sa présence à mes côtés dans l’ordinaire des jours et lui demander de voir cet ordinaire avec son regard.

Je peux  lui confier ce quotidien. Confier ce qui fait ma vie, mais aussi tous ces enfants, ces jeunes  qui sont scolarisés ;  tous ces parents qui donnent le meilleur pour qu’ils grandissent ; tous ces professeurs, éducateurs qui enseignent leur savoir-faire ; tous ceux qui ont un travail pénible ou sont en recherche d’emploi…

Je peux terminer ce temps avec la prière du pape François à st Joseph 

Salut, gardien du Rédempteur,
époux de la Vierge Marie.
À toi Dieu a confié son Fils ;
en toi Marie a remis sa confiance ;
avec toi le Christ est devenu homme.
O bienheureux Joseph,
montre-toi aussi un père pour nous,
et conduis-nous sur le chemin de la vie.
Obtiens-nous grâce, miséricorde et courage,
et défends-nous de tout mal. Amen.

Psaume 12

Au début de ce temps de prière, je prends le temps de me poser, de m’installer et de demeurer pleinement dans ce corps que Dieu m’a donné. Je lui demande la grâce de m’unifier en sa présence.

Avec Marie, dont nous fêtons aujourd’hui la Nativité.

Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.

Je lis lentement, plusieurs fois ce court extrait de psaume. Je laisse les mots m’habiter .

Moi, je prends appui sur ton amour ;
que mon cœur ait la joie de ton salut !

Je chanterai le Seigneur
pour le bien qu’il m’a fait.

Je contemple les derniers jours et tout ce qui fait ma vie et avec le Seigneur, je regarde tout ce pour quoi je voudrais le chanter, pour le bien qu’il m’a fait, toutes les manifestations de son amour, tout ce que j’ai reçu

et là aussi où, en le laissant habiter mon coeur, j’ai été artisan de paix.

Et je peux redire ce psaume et chanter avec Marie « Magnificat ! »

Comment est-ce que je prie ?

Jean Jacques Sempé, dessinateur, notamment du Petit Nicolas, est décédé le 11 Août.

Beaucoup de ses dessins, dans une abondante production, évoquent la foi et la religion. Par exemple, dans son ouvrage Quelques mystiques, dont sont extraits ces trois dessins.

J’ai tellement confiance en vous que la plupart du temps, je vous appelle Docteur.

Si vous ne pouvez pas tout m’accorder tout de suite, disons 50% pour commencer, le solde courant de l’année.

Merci pour tout.

Je me laisse provoquer par ces dessins humoristiques pour méditer sur ma façon de me tenir dans la prière.

Les dessins de Sempé opposent souvent le cadre très solennel, très vaste d’un lieu de culte à la petite taille du personnage, tenant des propos très familiers…

Occasion de contempler Dieu transcendant, dans sa gloire, et en même temps si proche, si familier qui m’invite à faire alliance et à lui parler « comme un ami parle à un ami. ».

Et moi, quelle est ma vision de Dieu ? Comment j’entre en dialogue avec « Dieu Tout puissant », se mettant à ma portée ?

« N’approche pas d’ici, retire tes sandales de tes pieds car le lieu où tu te tiens est une terre sainte. » (Ex, 3, 5, Buisson ardent)

« Moïse prenait la Tente et la plantait pour lui, hors du camp, loin du cap. Il la nomma Tente du Rendez-vous (…) Yahvé parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à un ami. » (Ex, 33, 7 et 11)

La prière peut porter une demande.

Quelles sont, pour moi, les occasions de demander ? Qu’est-ce que je demande le plus souvent dans ma prière ? Qu’est ce je perçois de la réponse de du Seigneur ? Comment est-ce que je réagis si j’ai le sentiment qu’une de mes prières n’a pas été exhaussée ?

« Et moi, je vous dis : demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. » (Luc, 11, 9)

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (…)

Mon Dieu, le jour j’appelle et tu ne réponds pas. » (Ps, 22, 2-3)

La prière est aussi action de grâces.

« Merci pour tout » est un peu rapide…  De quoi est-ce que je rends grâce, habituellement ? En ce jour, qu’est-ce qui peut me pousser à l’action de grâce ?

« Je te rends grâce, Yahvé, de tout mon cœur, J’énonce toutes tes merveilles. » (Ps 9, 2)

Je prends maintenant le temps de m’entretenir avec le Seigneur, pour lui remettre ma prière, telle qu’elle est aujourd’hui, dans la confiance.

Je termine en disant cette prière de Saint Claude La Colombière. (Proposée sur le site «Prie en chemin », le vendredi 2 Septembre)

Mon Dieu, je suis si persuadé que tu veilles sur ceux qui espèrent en toi, et qu’on ne peut manquer de rien quand on attend de toi toutes choses, que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci, et de me décharger sur toi de toutes mes inquiétudes : « Dans la paix, moi aussi, je me couche et je dors, car tu me donnes d’habiter, Seigneur, seul, dans la confiance. » (Ps, 4,9). Les hommes peuvent me dépouiller et des biens et de l’honneur, les maladies peuvent m’ôter les forces et les moyens de te servir, je puis même perdre ta grâce par le péché ; mais jamais je ne perdrai mon espérance, je la conserverai jusqu’au dernier moment de ma vie, et tous les démons de l’enfer feront à ce moment de vains efforts pour me l’arracher : « Dans la paix, moi aussi, je me couche et je dors. » Certains peuvent attendre leur bonheur de leurs richesses ou de leurs talents, d’autres s’appuyer sur l’innocence de leur vie, ou sur la rigueur de leurs pénitences, ou sur le nombre de leurs aumônes, ou sur la ferveur de leurs prières. Pour moi, Seigneur, toute ma confiance, c’est la confiance même ; cette confiance ne trompa jamais personne. Je suis donc assuré que je serai éternellement heureux, parce que j’espère fermement de l’être, et que c’est de toi, ô mon Dieu, que je l’espère. Amen.

Saint Claude La Colombière.