Prier avec un chapiteau de N.D. du Port de Clermont-Ferrand – L’ange Gabriel annonce la naissance de Jean le Baptiste

Evangile de Luc 1, 5-25

La liturgie de ce lundi nous donne d’entendre l’annonciation à Zacharie. Nous pouvons méditer le texte à partir d’un chapiteau de Notre dame du Port de Clermont Ferrand.

Je m’installe paisiblement et fais silence en moi, pour me rendre disponible à un temps d’intériorisation. Je demande au Seigneur la grâce de savoir me laisser surprendre par la Parole de Dieu.

Je lis le texte lentement, en saisissant sa progression 

  • Zacharie et Elisabeth, situés dans leur culture et leur ancrage religieux, « justes devant Dieu ». « Ils suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur
    de façon irréprochable. »
  • Le service de Zacharie au Temple et l’irruption de l’ange Gabriel.
  • L’annonce par l’Ange à Zacharie de la naissance de son fils et de sa vocation « pour préparer au seigneur un peuple bien disposé. »
  • La question de Zacharie, doutant de la véracité de l’annonce.
  • La réponse de Gabriel et la sanction par le mutisme de l’incrédulité de Zacharie.
  • La naissance de Jean Baptiste et la reconnaissance d’Elisabeth : « voilà ce que le Seigneur a fait pour moi. »

Puis je contemple le chapiteau roman : le centre du chapiteau est occupé par une représentation du Temple surmonté d’une coupole orientale. L’autel est encensé par Zacharie. De part et d’autre, les deux personnages, regardant à l’opposé. Les ailes de Gabriel dépassent la coupole, suggérant que la réalité divine est au-delà du Temple. L’archange tend son index vers Zacharie.

Je relis le texte de Luc, et, m’adresse maintenant au Seigneur, comme à un ami.

Zacharie verra l’accomplissement de l’annonce de Gabriel et rendra Grâce à Dieu.

            Je termine en disant le cantique de Zacharie.

« Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple.
 Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur,
 comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens :
 salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs,
 amour qu’il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte,3 serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte,
 afin que, délivrés de la main des ennemis,
 nous le servions dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.
 Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins
 pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés,
 grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut,
 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s