La couronne de l’Avent

L’Avent, du latin « adventus » avènement, ouvre une nouvelle année liturgique et invite à se préparer à célébrer l’évènement de la naissance de Jésus. La couronne de l’Avent vient illuminer ce temps d’attente: avec  ses 4 bougies, elle balise le chemin qui conduit à Noël. 4 bougies, comme 4 semaines pour se préparer intérieurement à célébrer la venue du messie,  à accueillir la naissance du Christ dans nos vies.

En allumant la bougie du 3ème dimanche de l’Avent, dimanche de la joie, je peux prendre un temps de dialogue avec le Seigneur.

Je fais silence et fais le signe de croix

Je demande au Seigneur de  me réjouir de sa venue.

La couronne de l’Avent jalonne le temps de l’attente.

Celui que nous attendons, c’est  Jésus-Christ : « l’Alpha et l’Omega, Celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant. » (Ap 1,8) ainsi décrit par st Jean dans son Apocalypse.

Je médite cela et mets des mots sur mon attente :

attente de  la fête de Noël pour se réjouir de la venue de Jésus, fils de David, Dieu fait homme, venu partager notre condition humaine, il y a plus de 2000 ans en Palestine ?

attente de sa venue dans la gloire et  du Royaume qu’il est venu inaugurer, royaume de justice et de paix ?

attente de la naissance en moi de l’enfant de Dieu bien aimé, à son image ?

Qu’est-ce que je voudrais qu’il advienne ?   Comment  personnellement je vis cette attente ?  Mon attente est-elle joyeuse et active ? Comment je  prépare la venue du Seigneur ?

Les bougies allumées de la couronne de l’Avent invitent à se tenir éveillé.

Une  double vigilance : ouvrir les yeux et discerner la présence de Jésus-Christ déjà là dans nos vies  – se tenir prêt et contribuer à l’avènement de son Règne.

A la question de Jean-Baptiste qui, dans l’Evangile de 3ème dimanche de l’Avent, demande « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? », Jésus répond : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. »

A mon tour, je regarde dans notre monde d’aujourd’hui,  autour de moi,  ce qui donne vie, consolation, ce qui permet  guérison, libération … tout ce qui est signes de la présence du Christ.  Je m’en réjouis et en rends grâce.

Je me rends attentif aussi à ces plus petits qui sont dans le besoin. Comment je peux à mon tour en prendre soin ; être pour eux Bonne nouvelle ?

Je m’adresse au Seigneur et lui dit ce qui monte de mon cœur à la fin de cette méditation.

Je peux, pour terminer ce temps, cette prière de Ai Nguyen Chi : Dieu qui est, qui vient, qui s’incarne.

Seigneur, tu es un Dieu qui est.
Enseigne-nous à voir les œuvres de ta création comme des lieux de révélation.
Là où il y a guérison, aide-nous à te voir comme guérisseur. Là où il y a réconciliation, 
aide-nous à te voir réconciliateur. Là où il y a la vie, aide-nous à te voir comme son auteur.
Seigneur, tu es un Dieu qui vient.
Enseigne-nous à reconnaitre ta présence dans le monde.
Là où il y a la paix, fortifie celle qui vient de toi. Là où il y a la joie, transforme notre joie en la tienne.
Seigneur, tu es un Dieu qui s’incarne.
Aide-nous à te recevoir dans notre propre corps. Prends nos mains pour soigner les blessures de la vie, nos yeux pour montrer ta tendresse et notre cœur pour manifester ton amour.
Fais de nous ta présence vivante au cœur du monde !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s