avec l’icône de l’amitié

Je prends un temps à l’écart…

Je laisse de côté mes tâches et mes préoccupations…

Seigneur, tu m’attends et je viens à ta rencontre…Ouvre grand mon cœur à ta présence…

Je regarde l’icône « de l’amitié », bien connue de Taizé…

Elle est l’icône copte la plus ancienne, écrite dans le 8ème siècle en Egypte et représentant le Christ et Abba (abbé) Mena (285-309 apr. J.C.); elle se trouve actuellement au Louvre à Paris.

Dans des teintes chaudes, l’icône nous présente deux personnages côte à côte, de face, avec le paysage d’un désert montagneux en arrière-fond. L’icône est carrée et les deux personnages en occupent le premier plan.

Ils se ressemblent : même taille, même silhouette, même regard, même rayonnement de lumière. Ils ne sont pourtant pas identiques : leurs couleurs, leurs amples vêtements et leurs gestes diffèrent.

Ils ne sont pas face à face dans une relation qui nous exclurait, mais ils partagent la même perspective. Leurs visages silencieux, leurs yeux largement ouverts nous accueillent en paix.

Le nom inscrit sur l’icône à droite du Christ n’est pas comme souvent dans les icônes l’initiale IC (Jésus Christ), mais sôter, « sauveur » en grec. L’icône nous présente ainsi le Christ en gloire, dans sa dignité du Fils de Dieu, Sauveur du monde, qui est en même temps le Jésus de Nazareth, ressemblant en humanité à son ami.

 A son côté un compagnon de route.

Jésus pose son bras sur son épaule d’un geste qui ne retient pas mais qui montre le lien qui les unit et aussi la responsabilité qu’il lui confie. Il s’appuie sur son ami et l’envoie au-devant de lui.

« Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son Seigneur, mais je vous appelle mes amis car tout ce que j’ai entendu de mon Père je vous l’ai fait connaître.
Ce n’est pas vous qui m’avez choisi mais c’est moi qui vous ai choisis et je vous ai établis pour que vous alliez et portiez du fruit, et que votre fruit demeure. » (Jn 15,15-16)

Le compagnon lui, lève la main droite dans un geste de bénédiction.Comme si le bras de l’ami était le prolongement du bras du Christ. Comme si la bénédiction passait depuis la main du Christ, à travers la personne de l’ami, à celui qu’il bénit. L’ami est donc représenté comme un intermédiaire entre le Christ et le priant qui regarde l’icône. Ce dernier geste du Christ sur la terre (Luc 24.50), propre au Sauveur sur les icônes, est accompli ici par le disciple, encouragé par son Seigneur. Bénir, c’est manifester et célébrer que Dieu veut donner la vie en plénitude.

Le Christ porte un gros volume, le disciple un rouleau : la Bonne Nouvelle. Le Christ est la Parole en personne, il a transmis à ses amis tout ce qu’il a reçu de son Père et leur demande de proclamer l’Evangile par toute la terre.
Si cette icône évoque l’amitié que Jésus porte à ses amis, le fait qu’elle représente non pas un des Douze, mais un moine et martyr des débuts de l’Église, ouvre largement notre perspective. Plus que d’une amitié reposant sur les liens physiques de proximité, elle nous parle du lien spirituel d’amitié que nous sommes chacun appelés à avoir avec le Christ. Comme le dit frère Aloïs de Taizé :

« Dans l’icône de l’amitié, nous y voyons le Christ mettre sa main sur l’épaule de son ami pour marcher avec lui, pour l’accompagner. Tous, nous pouvons nous reconnaître dans cet ami du Christ. Si, ressuscité, le Christ est invisible à nos yeux, nous pouvons pourtant nous confier à sa présence. Il accompagne chaque être humain sans exception. Regarder cette icône, c’est déjà une prière qui nous unit à Dieu. »

Maintenant, je contemple l’icône…Au cœur de cet été, je m’abandonne à elle… Qu’en est-il de mon amitié avec et dans le Seigneur? Quel est mon désir? Je me confie au Seigneur, mon Ami…

Je laisse monter ma prière…

Notre Père…

Je vous ai choisis (Cté Emmanuel)

1 Je vous ai choisis, je vous ai établis
Pour que vous alliez et viviez de ma vie.
Demeurez en moi, vous porterez du fruit ;
Je fais de vous mes frères et mes amis.

2 Contemplez mes mains et mon cœur transpercés ;
Accueillez la vie que l´Amour veut donner.
Ayez foi en moi, je suis ressuscité,
Et bientôt dans la gloire, vous me verrez.

3 Recevez l´Esprit de puissance et de paix ;
Soyez mes témoins, pour vous j´ai tout donné.
Perdez votre vie, livrez-vous sans compter ;
Vous serez mes disciples, mes bien-aimés !

4 Consolez mon peuple ; je suis son berger.
Donnez-lui la joie dont je vous ai comblés.
Ayez pour vos frères la tendresse du Père,
Demeurez près de moi, alors vous vivrez !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s