Décalogue de la sérénité

Jean-Yves Bourgain- Le jour éclôt

Je prends un temps à l’écart…

Je m’installe confortablement et j’éloigne de mon esprit les préoccupations qui m’encombrent… Je fais silence en moi…

Aujourd’hui, je suis invité(e) à regarder ma manière de vivre, à méditer à partir du « Décalogue de la sérénité » inspiré au Saint Pape Jean XXIII par une poésie de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus: « Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère, Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit, Tu le sais, ô mon Dieu, pour taimer sur la terre, Je nai rien quaujourdhui ! »

  1. Rien qu’aujourd’hui, j’essaierai de vivre ma journée sans chercher à résoudre le problème de toute ma vie.

2. Rien qu’aujourd’hui, je prendrai le plus grand soin de me comporter et d’agir de manière courtoise ; je ne critiquerai personne, je ne prétendrai corriger ou régenter qui que ce soit, excepté moi-même.

3. Rien qu’aujourd’hui, je serai heureux sur la certitude d’avoir été créé pour le bonheur, non seulement dans l’autre monde mais également dans celui-ci.

5. Rien qu’aujourd’hui, je ferai une bonne action et n’en parlerai à personne.

7. Rien qu’aujourd’hui, je me plierai aux circonstances, sans prétendre que celles-ci cèdent à tous mes désirs.

4. Rien qu’aujourd’hui, je consacrerai dix minutes à une bonne lecture en me rappelant que, comme la nourriture est nécessaire à la vie du corps, de même la bonne lecture est nécessaire à la vie de l’âme.

6. Rien qu’aujourd’hui, j’accomplirai au moins une chose que je n’ai pas envie de faire, et si on m’offense je ne le manifesterai pas.

8. Rien qu’aujourd’hui, j’établirai un programme détaillé de ma journée. Je ne m’en acquitterai peut-être pas entièrement, mais je le rédigerai. Et je me garderai de deux calamités : la hâte et l’indécision.

9. Rien qu’aujourd’hui, je croirai fermement — même si les circonstances attestent le contraire — que la Providence de Dieu s’occupe de moi comme si rien d’autre n’existait au monde.

10. Rien qu’aujourd’hui, je n’aurai aucune crainte. Et tout particulièrement je n’aurai pas peur d’apprécier ce qui est beau et de croire à la bonté.

Je suis en mesure de faire le bien pendant douze heures, ce qui ne saurait me décourager, comme si je me croyais obligé de le faire toute ma vie durant.

Pape Jean XXIII

Je peux repérer le ou les points qui me parlent: ce que je fais déjà, plus ou moins; ce qui m’interpelle; ce qui me paraît trop difficile…Et moi? Comment je vis dans « l’aujourd’hui de mes jours »? Comment j’accueille le quotidien? Quelle place pour le Seigneur? Comment je m’ajuste à Lui?

Je peux en parler avec Lui, comme avec un ami qui m’écoute avec bienveillance et m’éclaire…

Puis je m’adresse à Notre Père

Psaume 8

Aujourd’hui nous allons vivre notre prière au rythme d’un psaume d’action de grâce.Seigneur, donne-moi d’entrer dans la louange. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen

Contemplons et laissons-nous guider par Chagall !


O Seigneur notre Dieu,
qu'il est grand ton nom
par toute la terre ! 


Jusqu'aux cieux ta splendeur est chantée
par la bouche des enfants, des tout-petits
rempart que tu opposes à l'adversaire,
où l'ennemi se brise en sa révolte. 


A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? 


Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds : 


Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux. 

O Seigneur notre Dieu,
qu'il est grand ton nom
par toute la terre ! 

Je contemple ces dernières semaines dans ma vie et je repère tout ce pour quoi je peux louer le Seigneur. Sa grande tendresse pour moi.

« Tu établis l’homme sur les oeuvres de tes mains! » . Où suis-je appelé/e ?

Et aussi éclaire-moi! Comment prendre soin, à ton exemple, de toutes tes créatures ?

Je conclus avec ce Notre Père « à l’envers »:

Mon fils / Ma fille, qui es sur la terre,
Fais que ta vie soit le meilleur reflet de mon nom.
Engage-toi pour mon Règne à chaque pas que tu fais,
Dans chaque décision que tu prends,
Dans chaque attitude et chaque geste.
Construis-le pour moi et avec moi.
C’est là ma volonté sur la terre comme au ciel.
Reçois le pain de chaque jour,
Conscient(e) que c’est un privilège et un miracle.
Je te pardonne tes erreurs, tes chutes, tes abandons,
Mais fais de même face à la fragilité de tes frères.
Lutte pour plus de justice et de paix
Et je serai à tes côtés.
N’aie pas peur :
Le mal n’aura pas le dernier mot.

Amen.

Traduit d’après José Maria Rodriguez Olaizola s.j. (Revue Jesuitas, Primavera 2017, p.9)

Devant le tombeau vide

Rétable d’Issenheim (1475-1480) – Matthias Grünewald – Résurrection, détail

Je prends le temps de faire silence en moi, pour contempler ce tombeau.

Ce tombeau vide met ma foi à l’épreuve.Il n’y a plus rien de ce que ses disciples ont connu. Le corps de Jésus a disparu. Comme Marie-Madeleine, souvent je suis perdu/e devant l’absence du Seigneur, ce Seigneur que j’imagine, que je connais. J’aimerais me rassurer de sa présence bien connue .

Je fais mémoire de tels moments de tristesse en moi où je ressens l’absence de Dieu, mais avec, au fond du coeur, la soif d’espérer sa Résurrection.

J’entends maintenant l’Evangéliste dire de l’apôtre Jean:

« Il vit et il crut ».

Je médite sur cette absence, dans ce lieu où le Seigneur a été mis, lieu avec ses repères et ses codes connus. Le tombeau est vide, mais la mort n’a pas gagné. C’est ce qu’affirment les sentiments de Jean. Je me remémore toutes les annonces que Jésus a faites à ses disciples de sa mort et de sa résurrection, annonce souvent peu comprises.

Ouvre mon coeur et mon esprit, Seigneur, à cette nouveauté, à cette espérance de vie, toujours là, que tu nous donnes.

Donne-moi, donne-nous la grâce de la foi, de te chercher et de te reconnaître dans ce monde où le mal semble si souvent victorieux.

Et je veux te louer.

Psaume 115

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu’il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.

Norbert Then
A la suite du psalmiste qui implore son Dieu, en cette semaine sainte, en ce lendemain de la messe chrismale,
je  propose un temps de prière à partir de la rénovation des promesses sacerdotales des prêtres de notre diocèse réunis à Châteauroux et de la demande de soutien par la prière de l’évêque.

L’évêque s’adressant aux prêtres

« Fils très chers, en cet anniversaire du jour où le Christ fit participer ses apôtres et chacun d’entre nous à son sacerdoce, voulez-vous devant votre évêque et le peuple saint de Dieu, renouveler les engagements que vous avez pris autrefois ? »  (les prêtres)  Oui, je le veux.

« Voulez-vous vivre toujours plus unis au Seigneur Jésus et chercher à lui ressembler, en renonçant à vous-mêmes, en étant fidèles aux engagements attachés à la charge ministérielle que vous avez reçue avec joie, par amour du Christ et pour le service de son Eglise au jour de votre ordination sacerdotale ? » (les prêtres)  Oui, je le veux.

« Voulez-vous être les fidèles intendants  des mystères de Dieu par la sainte eucharistie et les autres célébrations liturgiques, et assurer fidèlement  la charge sainte de l’enseignement, la suite du Christ notre Tête et notre pasteur, avec désintéressement et souci des âmes »  (les prêtres)  Oui, je le veux.

Puis l’évêque, tourné vers l’assemblée :

« Et vous frères et sœurs bien-aimés priez pour vos prêtres : que le Seigneur répande sur eux ses dons en abondance, afin qu’ils soient les fidèles ministres du Christ, le souverain prêtre, et vous conduisent à lui, la source du salut.

Priez aussi pour moi, votre évêque : que je sois fidèle à la charge apostolique qui m’a été confiée, malgré ma faiblesse ; que je reflète parmi vous une image vivante et toujours plus parfaite du Christ prêtre, Bon Pasteur, Maître et serviteur de tous.

Que le Seigneur nous garde les uns et les autres dans son amour ; que lui-même nous conduise, tous jusqu’à la vie éternelle ». Amen

Acclamons notre roi !

Bréviaire de Martin d’Aragon

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près de l’endroit appelé mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant :
« Allez à ce village d’en face. À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si l’on vous demande : ‘Pourquoi le détachez-vous ?’, vous répondrez : ‘Parce que le Seigneur en a besoin.’ » Les envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit.
Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? » Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. » Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus, jetèrent leurs manteaux dessus, et y firent monter Jésus. À mesure que Jésus avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin.
Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! »
Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! » Mais il prit la parole en disant « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »

Un climat de joie

Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem.

A l’approche de la Ville sainte,  c’est un mouvement de liesse et de joie qui accompagne Jésus.

  • Je regarde les couleurs vives de cette enluminure, les fleurs et les rameaux verts fraîchement coupés qui jonchent le sol.
  • Je regarde les mouvements des personnages à droite de l’arbre qui  s’inclinent et déposent leurs vêtements comme un tapis en signe de respect.

Une manière d’honorer et d’acclamer celui qui vient. Je peux entendre les paroles de  louange qui accompagne ces gestes « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

L’intronisation d’un roi

Jésus sait ce qu’il l’attend et c’est  lui-même qui a préparé son entrée triomphale dans la ville royale.

Tout ce qui se passe évoque l’intronisation d’un roi, mais la monture choisie, un ânon, n’est pas le glorieux coursier des guerriers mais une simple monture. Ce choix accomplit la prophétie de Zacharie (9,9-10) annonçant la venue d’un messie humble et pacifique.

  • Je regarde la partie gauche de l’enluminure : Jésus, entouré de ses disciples qui font bloc avec lui,  s’avance solennellement  en direction de Jérusalem. La tête avancée de l’ânon ouvre le passage.
  • Je regarde Jésus faire le geste de bénédiction ; il est le roi messianique de la paix. Je peux entendre l’acclamation : « Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! »

Je considère cette entrée triomphale de Jésus dans la ville où il va souffrir et être glorifié. Un moment de révélation de l’identité de Jésus. Un moment de communion et de joie. Je prends place dans la scène. Puis-je m’associer à cette louange ? J’adresse au Seigneur ma prière.

Je peux terminer ce temps en acclamant à mon tour  le Christ Sauveur

Psaume 104

Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face ;
souvenez-vous des merveilles qu’il a faites,
de ses prodiges, des jugements qu’il prononça.

Vous, la race d’Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu’il a choisis.
Le Seigneur, c’est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l’univers.

Il s’est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :
promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac.

J’entre dans la prière, en faisant silence. Je me fais le contemporain du psalmiste, pour me rendre disponible à ses appels.

Je lis le psaume, lentement

J’entends que le psalmiste s’adresse à un peuple. « Cherchez…Recherchez… »

« Vous la race d’Abraham, son serviteur ;

Les fils de Jacob… »

  • Je me situe dans ce peuple des croyants, tellement nombreux au fil des siècle, dont je suis l’héritier.
    • Je me situe aujourd’hui, dans l’Église universelle, avec laquelle je suis appelé à faire synode, à marcher ensemble.
    • Je fais mémoire de tous ceux qui m’ont aidé, qui m’aident encore à cheminer dans la foi.

J’entends ensuite l’action de grâce du psalmiste pour la fidélité du Seigneur.

  • « Il s’est toujours souvenu de son alliance »
  • Et moi, quelles sont les occasions où je ressens cette fidélité ?
  • Et moi, quelles sont mes fidélités / mes infidélités ?

Je relis le psaume

Je m’appuie sur la fidélité de Marie, en disant le magnificat.
Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Avec l’Evangile de ce dimanche: le récit de la femme adultère

Entrons dans la compréhension de ce texte et dans la prière à l’aide de Lukas Cranach (peintre allemand du XVe-XVIe siècles) et Marko Ivan Rupnik (prêtre jésuite slovène, mosaïste contemporain).

Au début de ce temps de prière, je me place sous ton regard d’amour, Seigneur.Je dépose dans tes mains tout ce qui fait ma vie. Dispose-moi à accueillir ta miséricorde.

Evangile de Jean 8, 1- 11

Quant à Jésus, il s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre.

Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Je peux maintenant exprimer au Seigneur la prière qui monte de mon coeur, demande, action de grâce … Et terminer en disant: Notre Père …

avec le vitrail du Fils Prodigue à Bourges

Relisons l’Evangile entendu ce dimanche: Luc 15, 1-3. 11-32

En ce temps-là,  les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »  Alors Jésus leur dit cette parabole :  « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : ‘Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.’ Et le père leur partagea ses biens.  Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin.  Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs.  Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : ‘Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.’  Il se leva et s’en alla vers son père.
Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : ‘Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.’

Mais le père dit à ses serviteurs : ‘Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent à festoyer.

 Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait.  Celui-ci répondit : ‘Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.’ Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : ‘Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.
 Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !’  Le père répondit : ‘Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! »

Contemplons et méditons avec des extraits du vitrail

je peux chanter cet amour infini du Père qui me relève

Et je termine ce temps en priant avec la prière de Saint François d’Assise

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer.
Car c’est en se donnant que l’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve soi-même,
c’est en pardonnant que l’on obtient le pardon,
c’est en mourant que l’on ressuscite à la Vie.

Psaume 94

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
où vos pères m’ont tenté et provoqué. »

Je me dispose à la prière. Je fais silence en moi, dépose auprès du Seigneur ce qui m’agite et me préoccupe. Je prends le temps d’écouter ma respiration, de prendre conscience de l’air que j’inspire, comme un don…Je m’installe dans la position qui favorise pour moi la paix intérieure et l’écoute.

Je lis le psaume lentement, me sentant invité à entrer dans un mouvement : « venez… »

Je m’arrête sur l’expression « acclamons notre rocher » et je rends grâce du soutien que m’apporte la présence du Seigneur.

« Adorons le Seigneur qui nous a faits ». Je fais mémoire de Dieu Créateur, sûr qu’il n’abandonne pas sa création.

« Ne fermez pas votre cœur » …Je peux m’arrêter sur les résistances, l’indifférence qui peuvent m’habiter et demande au Seigneur la grâce de l’attention et de la disponibilité. Je peux m’aider du chant « écoute la voix du Seigneur » …

Je relis le psaume, puis me remets au Seigneur, en disant « Notre Père… »